Monero

Bonus, avis, inscription & conseils sur la crypto-monnaie Monero

Monero, une monnaie récente : quels avantages ?

Les plus de Monero.  Les différences avec Bitcoin

Jusqu’ici, le Bitcoin détient la première place en matière de notoriété des crypto-monnaies. A côté, il y a aussi Monero dont nous allons parler plus en détail. Le concept est identique à celui du Bitcoin, mais Monero le devance dans la question de confidentialité.

A la base des monnaies cryptographiques, il y a une base de données accessible au public, contenant l’intégralité des mouvements de monnaie. Il s’agit de la chaine de blocs (ou blockchain pour l’anglais). Ce système donne la possibilité à tous les utilisateurs d’accéder aux données cryptographiques attestant une transaction. Il détourne aussi du besoin d’un contrôle centralisé et des conséquences d’une telle dépendance (infractions, fluctuations du cours, impact des manœuvres politiques).

Monero (XMR) : un peu d’historique

Monero fonctionne grâce au protocole CryptoNote. Son inventeur, un mystérieux individu qui s’est attribué le nom de  Nicolas van Saberhagen l’a mis en route en octobre 2013.

La création de Monero a été inspirée par un participant dans le forum de discussion Bitcointalk portant l’identité « thankful_for_today ». Celui-ci avait parlé du BitMonero qui a été bien accueilli par plusieurs adeptes. Ce nom provient de la contraction de Bit et de Monero qui signifie « pièce de monnaie » en espéranto. En 5 jours, la nouvelle monnaie a été baptisée Monero pour faire plus court.

Au mois de septembre 2014, la monnaie a subi une agression de la part d’un groupe inconnu. Ce dernier a utilisé une défaillance du programme CryptoNote pour monter des sous-chaînes qui ne validaient pas les mouvements de monnaie. Après implémentation d’une version de correction sur CryptoNote, l’affaire a été résolue.

Le développement de cette monnaie a été rapide, avec une capitalisation en bourse dès 2016. En effet, cette année-là, le site de e-commerce AlphaBay du darknet a implanté Monero dans ses méthodes de paiement. Le site a toutefois été contraint de fermer l’année suivante.

En janvier 2017, Monero s’est chargé de fortifier la confidentialité des opérations en intégrant l’algorithme du Bitcoin Core développé par Gregory Maxwell. Par ce biais, les volumes traités en temps réel sont masqués, et les utilisateurs peuvent utiliser une signature d’anneau.

Un système de liberté absolue

L’invention de Monero est attribuée à une petite équipe d’adeptes du Bitcoin. Leur but était de lancer une monnaie qui soit totalement hors du radar des gouvernements et des établissements bancaires. En somme, la liberté totale. Ils ont ainsi bâti une argumentation solide. D’après leur idéologie, la liberté du commerce a toujours été fondée par l’aptitude d’opérer des ventes de manière rapide, simple, et sans besoin de dévoiler l’identité, avec des liquidités. Et pourtant, l’asservissement par les gouvernements se fait actuellement à travers ces liquidités.

Dans l’Hexagone, les achats et les ventes impliquant des liquidités ont été limitées à 1000 € en 2015. D’après les observations des passionnés de la monétique virtuelle, les gouvernements voudraient dématérialiser complètement la monnaie. Dans cette optique, les monnaies virtuelles (dont le Monero) seraient une alternative de paiement que les individus récalcitrants au recueil automatique d’informations financières.

Monero n’est pas apparu dans la tranquillité. Lorsqu’il a été mis en route en avril 2014, son inventeur resté incognito a été rejoint par des volontaires dont les compétences étaient axées dans le développement. Seulement, les opinions se sont rapidement partagées. Une bonne partie de l’équipe trouve le fondateur trop dominateur et l’évince. La direction est alors menée par la majorité, qui se retrouve vite rejointe par des dizaines d’autres participants. L’équipe ainsi étoffée, a réussi à apporter des améliorations remarquables sur le système, et surtout à implémenter des options plus utiles. Grâce à ces changements, ils ont reçu le soutien financier d’organismes privés et de sociétés d’informatique.

L’équipe de développeurs ainsi constituée n’a pas voulu dévoiler les identités de ses membres, excepté pour deux personnes. David Latapie s’est écarté momentanément du programme, et Fluffy Pony parle sur la chaine YouTube au nom des membres du réseau Monero. Bien que la réussite de la communauté soit manifeste, Fluffy Pony considère toujours les développeurs comme de simples intermédiaires ne détenant aucune autorité. De plus, il ne considère pas le Monero comme lui appartenant, car le programme avait un possesseur avant eux et pourra bien en avoir d’autres après.

Les projets alternatifs de monnaie cryptographique

Face à la célébrité du bitcoin, d’autres projets concernant des crypto-monnaies ont vu le jour, avec pour but de profiter de la notoriété de ces monnaies. Ces projets ne nécessiteraient pas beaucoup de modifications du système de la crypto-monnaie initiale.

Le bitcoin constitue le prototype de crypto-monnaie expérimenté à taille humaine, et dont le lancement a connu un triomphe. C’est en analysant les failles concrètes de cette monnaie que l’on a pu voir la naissance de projets parallèles. Les failles en question englobent la sécurité, la confidentialité ou encore le suivi des transactions.

Le bitcoin est devenu le centre d’intérêt de la presse généraliste, d’abord à cause des litiges juridiques qui lui sont indissociables, surtout l’histoire de Silk Road. En effet, ce site diffusant des produits illicites recevaient des paiements en bitcoins. Les usagers détenant des bitcoins se sont rendus compte de l’aptitude des entités gouvernementales à investiguer, et ont donc commencé à se questionner sur la fiabilité de la confidentialité des utilisateurs de bitcoins, et douter sur l’impossibilité de suivi des transactions.

Face aux failles du bitcoin, d’autres monnaies ont vu le jour et promettent plus de sécurité. Monero en fait en partie.

Monero : quel niveau de sécurité ?

Vous avez un portefeuille Monero. Sachez qu’il bénéficie d’une protection par une série de mots. Si vous ne la déclinez pas, vous n’aurez pas accès à votre compte. Le « mot » de passe peut compter jusqu’à 25 mots et constitue une clé privée. Cette clé est demandée si jamais les données de votre serveur sont perdues.

Monero : quelle confidentialité sur les informations personnelles ?

Monero permet un envoi et une réception de monnaie avec un masquage de l’opération sur la blockchain.

Monero : une absence de traçabilité ?

Sur Monero, il est possible d’annuler la traçabilité des opérations. Il est donc difficile de connaitre l’auteur d’une transaction, et de faire le lien entre une dépense et un membre du réseau.

Les projets monétaires alternatifs au Monero

Dès le lancement du Bitcoin en tant que programme ouvert à tous, des projets ont été développés en parallèle en utilisant le code cryptographique de cette monnaie. Quelques changements sur l’algorithme servant à valider les mouvements de monnaie ont suffi. De cette modification du code source initial sont nés des projets dont le fonctionnement est identique à celui du Bitcoin. Ces alternatives sont appelées « altcoins », justement d’après ce mot, et on en compte plus de 700. Malheureusement, la majorité a échoué ou s’est avéré être des arnaques.

Chaque altcoin a une chaine de blocs particulière et s’échange sur les sites destinés à cet effet, dans le genre de Poloniex.com.

Les projets alternatifs qui ont connu une réussite incluent :

  • Ethereum : est connu pour l’implémentation des smart contracts qui correspondent à une exécution automatique d’une entente prédéfinie sans qu’un humain n’ait à intervenir. Bien que le projet ait connu de nombreuses infractions, il est toujours un des plus profitables.
  • Monero : une monnaie sans traçabilité et sans contrôle dont nous parlerons dans le reste de ce billet.
  • Litecoin : extrêmement similaire au Bitcoin, se veut porteur d’un intervalle de validation plus court.
  • Nxt : exige moins de preuve de calcul, moins énergivore
  • Dash : monnaie se voulant sans traçabilité, toutefois les outils utilisés sont critiqués.

Bitcoin devance le peloton en ce qui concerne le volume de monnaie transférée car il a détenu la première place sur le marché et il est bien plus connu, avec plus d’utilisateurs actifs.

Le concept de base de la chaine de blocs accessible à tous constitue une faille du Bitcoin. Avec le temps, les outils analysant les transactions ont gagné en performance et ont permis de déduire l’identité des membres, auteurs des envois. De la même manière que les communications sont contrôlées et que les réseaux sociaux sont scrutés, il y a une légitimité concernant la chasse au crime. Toutefois, il y a là une indéniable intrusion dans la vie privée des utilisateurs et ces derniers ont tout à fait le droit de s’en prémunir.

Bien que Bitcoin vous laisse quelques issues pour rester incognito, il est plus rassurant d’avoir ces options dans le système dès le départ, et c’est ce que Monero offre.

Monero vient de l’espéranto pour « monnaie ». Voilà pourquoi, il arrive que les utilisateurs l’énoncent au pluriel « Moneroj » (phonétiquement « monéroille »).

Les défaillances du Bitcoin résolues par Monero

Le Bitcoin présente une contrainte indéniable : il n’est pas conçu pour recevoir des fonctionnalités additives. Ce type d’opération demanderait une restructuration entière du réseau. Cela a été débattu dans au cours des discussions sur le volume des blocs. Et pourtant, une telle mise à jour équivaudrait à des hardforks, causant une potentielle diminution de la valeur du réseau.

La restructuration concernera la fréquence des blocs, le volume de monnaie à mettre en circulation, les signatures nécessaires pour la validation. En somme, tout ce qui est codé en dur.

La possibilité de suivre le volume de monnaie transférée, l’identité des intervenants, tout cela est mis en public sur la chaine de blocs du Bitcoin, sauf si le membre adopte des précautions particulières.

Par ailleurs, le système de preuve de travail a enfreint la conception initiale de l’inventeur du bitcoin basé sur le « 1-CPU-1-vote » avec la présence des processeurs graphiques plus performants et des circuits intégrés propres à une application (ASIC). Grâce à ces outils, l’équipe de minage a une mainmise sur la majorité du réseau, au point de pouvoir conduire des modifications. Malgré la difficulté de réalisation d’un coup provenant de 51% des mineurs, on remarque que le minage de Bitcoin gagne en centralisation.

Des diffusions intermittentes correspondent à la fabrication d’autres bitcoins, donc les Bitcoins offerts dont le total est coupé en deux à des intervalles de 4 années. Au départ, l’opération visait à émettre des bitcoins qui vont se décomposer de manière géométriquement proportionnelle. Cette figure est tout à fait probable, avec plus de stabilité  et moins d’émissions lisses avec le temps.

A l’inverse, la diffusion des Bitcoins est linéaire (comme on le voit sur l’image plus bas). Cela favorise les coups à double dépense. En effet, à chaque fois qu’il y a une diffusion de Bitcoins, le taux de hachage du système diminue. La courbe est en escalier, si vous regardez bien.

Qu’est-ce qui rend Monero si singulier ?

Monero se démarque du reste du lot des monnaies cryptographiques en raison de nombreuses caractéristiques, dont :

  • Le fait d’être intergeanchable – (on dit aussi « fongible »). Pour faire simple, une pièce de cette monnaie peut être échangée contre une autre devise. Il est impossible d’écarter une pièce du fait de son lien à une adresse ayant réalisé un envoi illégal, car les envois sont rendus anonymes.
  • Sa valeur grimpe – A l’inverse des autres monnaies virtuelles dont le taux ne montent pas, Monero est en réelle hausse. En 2015, le cours était de 0,45$ contre 1 Monero. Un an après, le Monero équivalait à 12$. En 2017, il valait 100$. L’ascension se poursuit. Et aujourd’hui, le Monero équivaut à 200-280$. En tant que monnaie cryptographique, il n’est cependant pas épargné par une chute en termes de jours. Des organismes financiers suisses et certains siégeant dans les pays à fiscalité réduite ont déjà adopté le Monero.

Le passé sombre du Monero

Les vraies origines de Moreno ne sont pas très claires. En effet, c’est une monnaie dont le protocole (CryptoNote) est issu de celui du Bitcoin sans être similaire. Le système a été diffusé au début de l’année 2014 par un groupe répondant au mystérieux nom de Nicols van Saberhagen. A la diffusion du protocole, les spécialistes en cryptographie l’ont vu d’un très bon œil, mais après analyse, ils auraient conclu à une arnaque.

Un membre de la communauté Reddit, également incognito puisqu’il se faisait appeler « thankful_for_today1 » a annoncé son intention de mettre Monero en ligne mais avec des fondements plus solides. Cela date d’avril 2014 et la monnaie se devait d’être appelée Bitmonero. Mais le fameux intervenant était désagréable et la communauté le considérait comme autoritaire. Le reste des intéressés au projet ont donc joint leurs efforts et « thankful_for_today1 » n’est plus jamais intervenu.

Sans céder dans les spécifications techniques du projet, nous pouvons juste décrire que Monero utilise un serveur qui garantit l’anonymat grâce à l’instauration d’une adresse temporaire pour le récipiendaire de la monnaie. D’un autre côté, le système ajoute des expéditeurs fictifs. Ainsi, seuls les deux individus concernés par la transaction sont en mesure de faire une vérification du chemin emprunté par la monnaie. Le prix d’une transaction dépend donc du degré de l’anonymat, selon les souhaits de l’envoyeur.

Moneri diffuse-t-il des données publiques ?

Dans certains cas, l’anonymat absolu constitue un inconvénient. C’est le cas lorsque vous devez démontrer que vous avez bien effectué un paiement quelconque, ou que des comptes doivent être vérifiés de manière officielle. Des algorithmes permettent donc une révélation au public (ou à un individu) de données utiles sans perdre les accès.

Pour y voir de plus près, voici les données publiques concernant les transactions :

  • Le bloc d’enregistrement de l’envoi (« From Block »)
  • Le montant qui arrivera au destinataire (« Output total »)
  • Les commissions sur la transaction (« Fee »)
  • Le nombre d’expéditeurs fictifs (« Minin »)
  • La somme initialement envoyée (« Inputs ») égale à « Output total » + « Fees ». Le montant expédié (« Outputs ») qui vont aller vers l’adresse du destinataire.

Ici, l’envoi est enregistré dans le bloc numéro 1124044, accessible et contenant aussi :

  • sa place sur la chaine de blocs (« Height »)
  • le moment de sa formation (« Timestamp »)
  • l’envoi qui a rémunéré le générateur du bloc (« Coinbase Transaction »)
  • les autres envois (« Transaction »)

La première personne à avoir confirmé les éléments du bloc (celui qui l’a généré) et qui a résolu l’énigme concernant la rapidité à laquelle les blocs seraient créés (sur Bitcoin, cela s’appelle preuve de travail) aura droit aux commissions des autres envois et les éléments pour rémunérer la dernière transaction. Ainsi, les hausses du cours sont maitrisées de manière systématique sans intervention humaine.

Les mois prochains, Monero intègrera aussi un outil appelé RingCT qui permettra le masquage du montant de l’envoi.

A part ces points de vue techniques, il est bon de mentionner Riccardo Spagni, le développeur Sud-Africain dont l’identité n’a pas été cachée (contrairement au reste de l’équipe). Les utilisateurs de Monero sont actifs sur le site communautaire Reddit et font emphase de l’usage de la monnaie sur le long terme, mais ne concentrent pas leurs efforts sur la croissance de sa valeur.

Récemment, Monero a aussi acquis une place sur stackexchange.com, le site spécialisé sur les monnaies virtuelles à côté d’Ethereum et de Bitcoin.

Plus récemment encore, des espaces commerciaux des darknets ont déclaré être intéressés par Monero en raison de l’aspect anonyme. Cet intérêt a suscité une nette augmentation de la visibilité de Monero et une lente progression de son cours (janvier 2016 : 0.5$ – fin août 2016 : 10$).

L’intervention des marchés illicites dans le développement de la monnaie pourrait être néfaste pour la notoriété de Monero, de la même manière que Telegram (application de chat) est considérée comme l’outil de communication des terroristes). Toutefois, ceux qui ont développé le système ont concentré le champ d’application à un particulier qui aimerait se procurer un article (un livre religieux, par exemple) qui n’est pas autorisé par l’Etat. A la même manière que les outils qui protègent la vie privée des utilisateurs (dont Telegram), Monero et les usagers honnêtes ne peuvent être tenus responsables d’une potentielle utilisation illicite.

Actuellement, l’achat de Moneros en payant en Euros est encore indisponible. Il faut se procurer des Bitcoins au préalable en allant sur des sites comme Kraken.com ou Paymium.com, pour les troquer ensuite sur Poloniex.com.

Nous déconseillons le stockage de toute crypto-monnaie (dont les Moneros) sur une plateforme d’échange à cause des probabilités de hacking ou de banqueroute. Nous vous donnons d’autres options pour un rapport intéressant entre la difficulté et la sécurité de la sauvegarde.

Ce projet Monero vise à instaurer prochainement la dissimulation des sommes à envoyer (nous avons déjà mentionné le RingCT), à lancer une nouvelle interface graphique, et à faire croitre le nombre de sites de e-commerce ayant Monero dans leurs modes de paiement, en plus du Bitcoin. Entre autres xmr.to accepte déjà la monnaie et peut envoyer les bitcoins au cas où ceux-ci sont acceptés.

On peut donc garder de l’optimisme pour la suite du projet Monero (toutefois, cela n’est aucunement une incitation à investir).

Diminution continuelle des émissions

Des mineurs ont adopté une alternative plus pratique : la location à petits prix de serveurs appartenant à de grandes sociétés (Amazon, par exemple), lorsque ces serveurs sont peu utilisés. Sur le long terme, le minage du Monero rapporte de moins en moins, vu que le programme lui-même prévoit une diminution progressive du gain de manière continue. En mai 2022, après le lancement sur le marché de 18,2 millions d’unités de Monero, l’émission se redressera pour redevenir plus stable. Miner sera alors une nécessité pour tous.

Mais Monero, c’est tout un univers : mineurs particuliers, développeurs, consultants et acteurs de spéculations. Jusque-là, c’est l’affaire des férus de l’informatique. En effet, pour mettre en place un wallet fiable sur une machine, le mineur doit savoir faire du codage. Bien entendu, l’ouverture d’un compte depuis un site dans le type MyMoner.com est possible, mais vous risquez de ne pas rester longtemps anonyme. Les révélations de Fluffy Pony sur sa chaine YouTube comptent des promesses sur la mise en effet d’interfaces graphiques destinés à la création d’un portefeuille personnel. A ses dires : il aimerait que mêmes les grands-mères puissent utiliser simplement le Monero. Par contre, aucune échéance n’est encore donnée.
Une fois le compte activé, il faudra l’alimenter en monnaie acquise sur une plateforme d’échange. En date, Poloniex.com constitue le meilleur endroit où acheter des moneros en payant avec des bitcoins (ou d’autres altcoins). Actuellement, le taux des spéculateurs augmente, et le Monero reste plus attirant encore. En date du 11 septembre dernier, les échanges de Monero sur ce site ont atteint 17, 1 millions € (l’équivalent de 1,77 millions d’unités de monnaie).

D’après Coinmarketcap, site observateur du commerce des monnaies cryptographiques, Monero tient actuellement la 5ème place en matière de capitalisation (130 millions €). En termes de volume, il arrive parfois à se placer en deuxième position.

Les fonctionnalités sont continuellement additionnées. Sur xmr.to, on peut faire des échanges de bitcoins et rester incognito, ce que propose Monero. En effet, le site offre des Moneros après un paiement en bitcoins, et fait l’envoi par le système Monero pour les troquer en bitcoins au moment de la réception. Vis-à-vis de ces implémentations de plus en plus performantes, un internaute a entrevu que dans le futur, le bitcoin équivaudrait à ce qu’est l’or actuellement et que Monero offrira des liquidités de manière anonyme.

Monero (XMR) et Bitcoin

Dans l’univers de la crypto-monnaie, Monero semble être le benjamin. En réalité, son existence sur le marché dure 3 années. D’après les explications du site officiel, il s’agit d’une crypto-monnaie sûre, confidentielle et rare, dont le système fonctionne en open-source et ouvert au public. Pour en parler, je prends l’image du Bitcoin mais avec en plus, une invisibilité des envois. Quelle est l’origine d’une telle impulsion ? Certainement, elle a été inspirée par la création en 2016 d’une interface pour les usagers. En effet, beaucoup de membres ne se servent pas du terminal, notamment quand les clés (à adresse interminable) sont à intégrer. D’autre part, l’équipe de développement fermement résolue à ne subventionner le projet qu’au besoin, et n’ont donc jamais fait de pré-minage ou de retrait de grand volume pour leur usage personnel.

Sur Monero, la confidentialité des envois est respectée. L’utilisateur peut très bien donner sa clé publique à d’autres sans se soucier d’un coup d’œil éventuel sur ses avoirs ou sur ses envois. Ces derniers sont donc dans l’ombre.

Pour l’IP, le projet fait intervenir Kovri, un outil qui éloigne les regards indiscrets sur vos données. Par ce moyen, on ne peut pas encore connaitre l’identité de l’envoyeur ni le moment d’un envoi de monnaie.

Le bloc utilisé par le projet est évolutif. Il n’y a donc pas à débattre inutilement pour définir ou prévoir l’évolution potentielle du réseau. Au cas où les utilisateurs de Monero augmenteraient considérablement, exigeant des blocs de plus grand volume, ce sera au code de primer. Les acteurs du minage vont faire croitre le bloc suivant un algorithme complètement transparent, évitant tous les débats.

Le projet est réputé par la rapidité de son expansion. La formation d’un bloc se fait toutes les 120 secondes, entrainant une validation encore plus accélérée de la transaction. Notez que sur Bitcoin, la génération de blocs se fait toutes les 10 minutes.

Monero tient mieux face aux circuits intégrés propres à une application. En d’autres termes, le particulier peut obtenir de la monnaie en se servant d’un CPU ou d’un GPU. Si jamais Monero tombait entre les mains d’une équipe qui créerait un hardfork, de simples utilisateurs pourraient se défendre. Il n’y a pas besoin d’être mineur pour s’agglomérer sur une chaine et protéger le système en gardant sa complexité.

En quoi Bitcoin devance-t-il Monero ?

Bitcoin reste encore en tête du peloton. Les autres crypto-monnaies comme Bitcoin Gold, SegWit2X ou Bitcoin Cash sont amenées à disparaitre. En tant que principale monnaie, Bitcoin Core semble pouvoir garder sa place pour un moment. D’ailleurs, il compte 92 milliards USD en capitalisation en bourse, le triple de celle de l’Ethereum. Et comme cette situation suscite la curiosité, dont plus d’attrait, la réclame de bitcoin s’opère gratuitement.

Quant aux « Lightning Networks » Bitcoins, leur création se fait régulièrement. Dans quelques mois peut-être, ce protocole sera instauré et permettra les micro-transactions entre particuliers sur le système bitcoin. A ce moment-là, on assistera à la naissance d’applications mobiles encore plus performantes qui inciteront encore plus de gens à utiliser Bitcoin. Aujourd’hui, les utilisateurs sont encore peu rassurés de l’attente de validation suite aux envois.

D’autre part, Bitcoin peut recevoir d’autres monnaies alternatives. Toutefois, l’achat de ces altcoins avec l’argent classique n’est pas encore possible. Ainsi, le Bitcoin prend le rôle d’un proxytoken.

Conclusion sur le Monero

Monero offre des innovations. La confidentialité est un aspect de grande envergure. Monero fonctionne un peu comme le cryptage d’un bout à l’autre de votre outil de messagerie favori. Avec l’habitude, on souhaite moins réutiliser les messages transparents qui peuvent être analysés par les autorités ou par les grandes enseignes. Protéger sa vie privée est devenu un sujet d’actualité, et la crypto-monnaie est censée y participer du mieux qu’elle peut.

Par ailleurs, on voit en Bitcoin un actif numérique qui sera pérenne. En effet, beaucoup d’utilisateurs stockent leurs avoirs en prévoyant une hausse du cours jusqu’à 25K ou 50K sur le long terme. Il serait tout à fait logique que Monero arrive à 10% des réalisations de Bitcoin en termes de volumes d’envois et de capitaux en bourse. Il y a quand même chaque jour 30 000 envois, avec une capitalisation estimée à 10 milliards d’USD.

Ce n’est que mon avis mais je pourrais prochainement les intriguer.

Renseignements supplémentaires sur les échanges de Monero

Monero et le Darkweb

Depuis l’entrée en scène du Bitcoin en 2009, la monnaie a été sollicitée sur les réseaux illicites du marché noir pour rendre l’acquisition de produits illégaux encore plus facile et confidentielle. D’ailleurs, le Bitcoin devançait ainsi les autres modes de paiement.

SilkRoad

Une fois que le Bitcoin a intégré SilkRoad (un site qui a déjà dû fermer), il a contribué grandement à son essor économique et à sa progression. Cependant, la situation a graduellement changé. En effet, le Bitcoin, bien qu’en tête de podium des monnaies cryptographiques, n’est pas adapté à ce genre de transactions de par sa taille. De plus, il est possible de suivre les envois effectués par ce protocole, ce qui ne joue pas en sa faveur dans le marché noir où d’autres monnaies plus discrètes ont commencé à se faire une place.

Sur AlphaBay (plateforme de vente de produits pharmaceutiques illicites), Zcash, la monnaie anonyme a été intégrée, mais le site n’est pas resté maître de l’arène. Peu de temps après l’introduction de cette devise cryptographique, le site a soudainement subi une clôture.

Ceci a causé des remaniements importants et l’entrée en scène de nouvelles monnaies (comme Monero) sur le darkweb.

 « WallStreet Market »

« WallStreet Market » est un des marchés noirs les plus prisés dans cet univers. Le site a introduit Monero en addition du Bitcoin. Cela donne le choix aux vendeurs et aux acheteurs face à la monnaie qu’ils préfèrent.

Libertas

Dernièrement, le marché noir du web a vu l’apparition d’une plateforme appelée Libertas. Sa spécificité ? Seul Monero est accepté sur ce site pour les paiements. Il a donc écarté Bitcoin de son environnement.

Le site WallStreet Market vise à accéder au haut du podium, et pour cela, il se fie au Monero. Il joue aussi sur la modernité de son design.

  • Libertas, de son côté, limite ses interactions avec des vendeurs qui ont prouvé leur fiabilité. Bien que le protocole utilisé dans le darknet puisse filtrer les acteurs de transactions illicites, on n’est jamais à l’abri d’une arnaque.
  • Libertas met donc tout son possible pour éviter la survenue de tels incidents. Bien entendu, il sait que ses moyens ne peuvent pas complètement assurer la sécurité intégrale. Remarquez aussi que le site demande des frais dans l’ordre de 3% sur toutes les transactions.

Tous ces facteurs contribuent à augmenter la notoriété du Monero et susciter l’intérêt de ceux qui ne le connaissent pas encore. Bientôt, beaucoup de particuliers vont adopter cette monnaie et faire des placements. Monero sera utilisé par un nombre croissant de personnes chaque jour, surtout dans le cas où Bitcoin ne prend pas le temps de corriger ses défaillances au niveau de la sécurité des transactions et de l’identification.

Un achat de Monero est-il anonyme à 100%?

Il s’agit d’une question délicate à laquelle on ne peut pas répondre par un simple oui ou un simple non. Zcach apporte une confidentialité sur l’auteur des transactions et les données personnelles. Lors d’un achat de Monero sur un site d’échanges, vous avez beau être prudent sur la question de sécurité, cela ne vous épargne pas d’une erreur commise par un tiers. De plus, toute fuite de renseignements peut plus causer une révélation des détails d’une transaction plutôt que des inscriptions d’envoi sur leur chaine de blocs.

Indications aux potentiels acheteurs de Monero

Lorsque le nombre de Moneros en circulation aboutira à 18,4 millions, l’entreprise diminuera la production à 0.3/minute.

L’équipe dirigeante a décidé de cette baisse car la sécurité de la chaine de blocs est d’une importance capitale, et ils sont proche de leur but.

Aujourd’hui, le nombre de Moneros (XMR pour la monnaie) qui circulent est de 15 481 770. Contrairement au Bitcoin, dont l’atteinte du plafond de 21 millions d’unités causera l’arrêt du minage, Monero arrêtera seulement d’émettre en diminuant le nombre et jouera sur la constance. Les pièces émises diminueront peu à peu, puis le taux sera maintenu à 0,3 à la minute.

Si vous êtes dans le trading, rappelez-vous ceci :

  • Moneros circulants : > 15 millions d’unités
  • Taux d’émission en décroissance pour arriver à 0,3 pièce/minute
  • Minage par GPU et CPU, aucun contrôle des ASICS
  • Rivaux du marché : Ethereum et Zcash
  • Le Monero est une des crypto-monnaies les plus rares. En investissant pour longtemps, vous pourrez y gagner des milliers de dollars. A ce jour, son cours est de 360$ pour un XMR. Avec les améliorations que le groupe des dirigeants compte apporter sur le système, et l’ajout potentiel d’investissements, la hausse de sa valeur pourrait se produire dès 2018.

Acheter Monero : comment faire ?

Les potentiels acheteurs du Monero dans l’Hexagone auront la possibilité de le faire sur le site BDswiss. En fait, le site détient le rôle de courtier CFD et assure une sécurité de vos échanges de Moneros.

Que signifie


CFD ?

On désigne par CFD un contrat de différence, c’est-à-dire un fournisseur d’un banc de nombreux taux de crypto-monnaies. Vous, en tant qu’investisseur, n’aurez plus à vous soucier de créer un portefeuille indépendant, puis de faire un téléchargement.

Nous recommandons complètement BDSwiss pour l’achat du Monero dans les pays européens (Suisse et Belgique) en plus de la France. Il s’agit du broker CFD le plus efficace.

Sur ce site de courtage en monnaies virtuelles, la monnaie n’est pas vraiment achetée (donc n’est pas vraiment votre propriété). Vous y spéculerez sur les fluctuations du taux.

Achat de Moneros: Que vous dit l’expert ?

La flamme créée par le tweet de l’informaticien John McAfee stimule encore l’environnement des monnaies virtuelles. Si vous êtes un investisseur dans Monero, vous êtes sûrement informé que cette déclaration a généré une croissance de 15% de la valeur du Monero. Si votre envie de faire un investissement dans cette monnaie est toujours intacte, il est encore temps. En effet, Monero s’attaque à être leader dans le domaine.

Bien entendu, ce n’est qu’une opinion, car l’adoption de la chaine de blocs par une société est ce qui pourrait faire augmenter la valeur du Monero.

Si vous obtenez les composants d’un actif en adoptant une procédure trompeuse, il ne sera pas possible de sauvegarder ces données dans une base de données accessible à tous. J’ai fait des placements dans Monero car je crois fortement que cette devise est prometteuse, vu que son livre blanc précise l’avancement de l’entreprise dans cette niche particulière, et que tous les efforts sont déployés dans ce sens.

Pour étayer mes propos qui semblent partiaux, imaginons que la progression des autres devises cryptographiques comme l’Ethereum, ou encore un mauvais coup de IOTA, par exemple, feraient céder le système de protection d’identité et de vie privée de Monero.

Depuis l’implémentation de Byzantium, la première partie du hardfork Metropolis instauré par le système Ethereum, on a assisté à une amélioration de la protection de l’identité. Toutefois, la deuxième partie dénommée Constantinople ne sera pas tout de suite opérationnelle. Les usagers devront donc faire preuve de patience avant que l’anonymat ne soit intégral. Voilà donc des détails à prendre en compte si vous envisagez de faire des investissements dans Monero.

Echanger Monero en Bitcoins pour l’anonymat du Bitcoin

Ce type de technique peut être nécessaire lorsque vous souhaitez payer en devises cryptographiques en restant incognito, et sans passer par l’achat de Monero. Sur le site XMR.to, vous avez la liberté de procéder ainsi.

 « Get Monero » et Coral Reef

Féru déclaré du Monero, le magnat Naveen Jain a incité au montage du projet Coral Reef, en coopération avec l’un des développeurs de Monero Fluffy Pony.

Grâce à ce programme, les détenteurs de Moneros pourront s’en servir pour payer leurs achats sur plus de 50 sites de e-commerce, ou se payer des chefs d’œuvres musicaux en ligne (des albums de Dolly Parton en passant par les Backstreet Boys). Le rappeur californien G-Eazy adhère aussi à ce projet.

Get Monero n’est autre que la communauté des fervents fans de la monnaie qui se regroupent autour d’un forum de discussion.

Les sujets traités englobent les moyens d’améliorer la monnaie et les membres donnent leur opinion. Ils peuvent ainsi participer financièrement aux idées intéressantes.

Minage du Monero : qui participe ?

Le minage du Monero fait intervenir soit un processeur CPU, soit une carte graphique GPU. Vous avez un ordinateur équipé ? Pensez d’abord, avant tout, à vous inscrire sur mymonero.com. Le minage de cette monnaie peut se faire en solo, ou dans une communauté de mineurs. Pour parfaire l’opération, équipez-vous du software MinerGate.

Achat de Moneros en France, c’est possible ?

Comme nous l’avons déjà dit plus tôt, il est possible de faire acquisition de moneros sur Bittrex. Mais Binance est aussi un site fiable. Par contre, pour investir dans la monnaie, un broker CFD est plus indiqué, et BDSwiss en est un très bon exemple.

Achat de Monero en Belgique, en Suisse, au Canada

Vous résidez dans l’un de ces pays ? Le Monero vous intéresse ? Nous vous recommandons Coinspot. Cette plateforme affiche une longue liste de monnaies alternatives plus ou moins connues, mais il faudra compléter l’inscription qui relève du parcours du combattant. Vous pourrez y acheter facilement des XMR, des Ethers et d’autres monnaies cryptographiques.

Achats avec PayPal et la monnaie fiduciaire

Peut-on utiliser PayPal pour acheter Monero ?

Chose compliquée mais pas impossible, il vaut mieux trouver d’autres alternatives. Si, toutefois, vous n’avez que PayPal pour régler votre paiement, il est recommandé de commencer par faire des achats de Bitcoins. Après, l’échange en Monero sera plus facile.

En revanche, si vous avez des liquidités pour payer votre investissement, ou une carte bleue, nous vous recommandons le site localbitcoins.com. Sur cette plateforme, l’achat de bitcoins sera plus simple ainsi que la conversion de ces BTC en Monero.

Du dollar américain pour l’achat de Monero

Vos dollars en main, faites simple en convertissant votre monnaie en bitcoins. Ensuite, sur un site comme Bittrex, vous pourrez échanger les bitcoins en Monero. BDSwiss permet aussi d’effectuer ce type d’opération. En effet, les courtiers CFD dans son genre offrent la possibilité d’acquérir immédiatement du Monero.

Achat de Monero par virement bancaire

La majorité des sites permet l’acquisition de devises cryptographiques grâce au virement bancaire. Il vous suffira de sélectionner un site qui accepte les achats de Monero par ce moyen. Dans ce domaine, Bitstamp et Coinbase sont les plus recommandables. Toutefois, nous vous rappelons que l’achat de Monero sur Bitstamp est aujourd’hui suspendue.

Achat de Monero : les sites les plus avantageux

Ava Trade

Il s’agit d’une société de trading siégeant à Dublin depuis 2006. Son activité s’étend à l’international sur 150 pays et plus.

De son ancien nom Ava FX, l’entreprise opérait d’abord dans le courtage du Forex et le courtage CFD (trading d’actions, matières premières, ETF et monnaies cryptographiques). En choisissant Ava Trade pour vos opérations de trading, vous vous offrez un environnement sécuritaire, répondant aux normes imposées par les autorités européennes et celles des Iles Vierges britanniques. Le site est aussi très réputé au-delà des frontières, notamment au Japon, en Afrique du Sud, ou encore en Australie. L’interface de trading convient à tous les niveaux d’opérateurs (nouveau, avancé, expert). En effet, Ava Trade accompagne ses membres d’un coaching gratuit sur les bases du trading. Dans le compte de démonstrations, le nouveau trader peut apprendre les ficelles de l’opération. Les investisseurs qui ont déjà l’expérience peuvent apprécier les 250 outils de trading, incluant ceux qui servent à analyser le marché. Grand avantage : la langue française est présente sur la plateforme.

eToro

Existant sur le marché depuis 2008, eToro est un courtier en trading qui a aussi une activité dans le Forex. Sa notoriété est fondée sur la variété de ses services, surtout concernant le trading social. Ses instruments d’analyses sont récents et efficaces même pour les nouveaux pratiquants. Sur eToro, les traders peuvent rejoindre un groupe d’échanges où les plus chevronnés offrent leurs conseils sur l’investissement. Le trading d’ETF est donc plus pratique pour les nouveaux arrivants, tout comme celui des monnaies cryptographiques. Dans ce registre, on a entre autres l’Ether, le Bitcoin, le Litecoin, le Bitcoin Cash et le Dash. La fiabilité d’eToro a été prouvée par les autorités régulatrices (CySec, MiFID et FSA). La langue française y est aussi disponible.

BDSwiss

Spécialiste en courtage de Forex, BDSwiss a été lancé en 2012. Le site est soumis aux régulations en vigueur et offre la possibilité d’échanges intéressants en matière de monétique virtuelle. La société siège dans plusieurs pays européens. Ainsi, au niveau des autorités européennes, elle est vue sous le bon œil (AMF, CySec, FCA ou MiFID). Sur BDSwiss, l’investissement sur des monnaies cryptographiques est ouvert. On peut s’y procurer des Ethers, du Ripple, des BTC ou du Monero). Pour réaliser des opérations de marché sur BDSwiss, vous allez devoir faire une inscription. Celle-ci peut se faire via vos comptes Google ou Facebook, ou encore en déclinant les informations personnelles (nom, adresse électronique, mot de passe). A l’inscription, un seuil de dépôt vous sera aussi demandé : 150 €. A la fin de votre enregistrement, vous allez pouvoir vous lancer dans les opérations de marché à toute heure et tous les jours. Si vous comptez investir, sachez que l’équipe vous accompagne grâce à des données en temps réel sur les fluctuations du cours.

Par ailleurs, BDSwiss vous offre l’assistance d’un spécialiste du trading. Vous avez la liberté de récupérer vos gains à n’importe quel moment, et sans crainte. La plateforme a également une version en langue française.

Achat de Monero par le biais d’un site d’échange

Vous préférez acheter directement vos Moneros ? Vous allez donc devoir aller sur un site d’échange qui servira d’intermédiaire.

Pour ce genre de situation, nous recommandons particulièrement Bittrex. Le site est américain et subit les régulations locales. Sa popularité est prouvée en ce qui concerne les échanges de crypto-devises (achats et reventes).

Le nombre de devises cryptographiques présentes sur le site avoisine les 200. Les espaces de marchés sont également nombreux. Malheureusement, le site n’accepte pas les paiements par la monnaie classique (euro, dollar ou autres). Il est indispensable de posséder de la crypto-monnaie dans un portefeuille indépendant pour effectuer des échanges contre des Moneros.

Les plateformes que nous vous conseillons ici sont donc Kraken, Coinbase ou encore Localbitcoins. Une fois que vous avez vos crypto-monnaies, vous pourrez les troquer sur la plateforme Bittrex.

L’inscription sur Bittrex est simple. Arrivée en page d’accueil, vous verrez un bouton rouge marqué de « Get Started Now ». En cliquant dessus, vous verrez apparaitre un onglet pour le formulaire d’enregistrement. Entrez ensuite votre adresse email, puis un nouveau mot de passe pour votre compte. Faites une confirmation du mot de passe puis appuyez sur le bouton « Sign Up ». Votre boite de réception clignotera sur un nouvel email qui n’est autre que le lien pour confirmer votre adresse, et par conséquent, pour boucler la validation de votre compte Bittrex. Lorsque votre compte est validé, vous pourrez vous introduire sur votre page personnelle en allant sur « Login ». Commencez alors à voir le fonctionnement et à faire du trading ou acheter votre monnaie.

  • Premièrement, recherchez le marché de la crypto-devise qu’il vous faut (Monero, en l’occurrence). Pour cela, allez sur « Markets » et cherchez la paire qui correspond aux devises que vous avez dans votre portefeuille. Supposons que vous avez des bitcoins. Sélectionnez alors la paire « BTC – XMR » pour obtenir du Monero avec vos Bitcoins.
  • Déroulez le menu pour trouver « Order Books » et faites votre achat. Insérez le volume de Monero qu’il vous faut, puis le prix d’achat que vous souhaitez soumettre. Cliquez sur « Acheter » pour finir.
  • Une fois cette étape franchie, une fenêtre de confirmation va s’ouvrir avec l’inscription « Buy Order ». Une autre fenêtre apparaitra pour confirmation de votre opération.

Quand la procédure se passe sans encombre, vos avoirs en Moneros sont dans votre portefeuille Bittrex. Ils sont ainsi prêts à être envoyés dans un autre portefeuille ou sur un autre site d’échange, au besoin.

Kraken

Au commencement de l’année, Kraken a intégré un outil permettant l’investissement et le trading de Monero. Le marché, étendu sur le continent européen permet l’usage de la Livre Sterling pour les achats. Des opérations additionnelles sont aussi envisageables si vous souhaitez encore attendre avant d’acquérir immédiatement des Moneros. La langue française ne fait pas partie du répertoire du site.

Quid de Poloniex?

Depuis l’année 2014, ce site prête main forte à Monero. C’est un site américain proposant des transactions régulées de Bitcoins et d’autres monnaies virtuelles. Ce nom est reconnu dans l’environnement de la monnaie cryptographique. Monero fait partie des devises qu’on peut y acheter, à côté de nombreuses devises connues. Grâce à Poloniex, une monnaie qui fait partie de son répertoire gagne rapidement en valeur. Toutefois, la langue française n’est pas disponible pour les lecteurs du site.

Monero ne figure pas sur le site, pourquoi ?

Pour vous procurer des unités de Monero, insérez « XMR » dans la barre de recherche des sites. Il arrive qu’une région particulière ne soit pas couverte par la possibilité de transaction. Il vous faudra donc vous assurer que votre localisation géographique soit bien acceptée. Par exemple, certains sites ne permettent pas l’achat de Monero depuis la France. En cas de problèmes concernant la zone géographique, ne manquez pas d’en faire part au service à la clientèle pour avoir des renseignements et des conseils. Sinon, vous pouvez toujours tester une plateforme après l’autre.

Reproches, défaillances et opinions sur Monero

Malgré le fait que cette monnaie soit couverte d’apologies, elle n’est pas dépourvue de quelques défaillances. La perfection est loin d’être atteinte et certains points sont encore à améliorer :

  • La taille de la transaction – chez Monero, le volume que l’on peut transférer est plus élevé en comparaison avec celui du Bitcoin. Cela demande donc un usage plus grand de données et la constitution d’une chaine de blocs plus imposante qui ne cesse de grandir tous les jours.
  • Le caractère central du minage – La plupart des Moneros que les utilisateurs essaient de gagner par minage se trouvent sur 4 points dont le volume ne dépasse pas 20% pour chacun. Par ailleurs, la conception d’origine basée sur le mode « 1 CPU- 1 vote » risque d’être altérée par l’implémentation du mode d’exploitation par ASIC. La menace est d’autant plus forte que le système se développe.
  • La confidentialité – La traçabilité d’une adresse IP dans un bloc responsable d’un envoi de monnaie a pu être établie. Avec la sauvegarde des événements, notamment des adresses IP, il y a un risque d’une perte d’anonymat des membres.
  • L’usage de la monnaie par Darkweb – Malgré le fait que les dirigeants de Monero n’en soient pas directement responsables, il est important d’indiquer le risque d’une mauvaise perception par les particuliers n’est pas sans conséquences. Aussi, le lien avec les ventes illicites pourrait faire hésiter les potentiels intéressés.
  • La complexité du développement – La possibilité de l’intégrer avec portefeuilles recevant d’autres devises cryptographiques, et d’autres applications a été ralentie, causant une lenteur de son expansion.
  • La limite sur les outils pour les vendeurs – Les logiciels servant à l’intégration de paiements par les vendeurs sont limités en raison de complexité. Toutefois, beaucoup d’intervenants capables d’aider les commerçants à le faire se présentent peu à peu.

Accomplissements autour du Monero

  • Monero Hardware Wallet – Programme conçu comme un moyen de financer le groupement des utilisateurs, le FFS pour « Forum Funding System » sous les commandes de Michael Schloh von Bennewitz et du développeur créateur du programme Kovri. Implémentation de Trezor et Ledger dans le projet.
  • Kovrifork, une amélioration du niveau de sécurité des envois de monnaie (I2P en C++). Le programme ainsi amélioré, produit avec les leviers I2P initiaux (« Invisible Internet Projet ») constitue une option TOR apportant plus de sécurité aux envois vers le système. Ce projet a été initié après une demande d’un utilisateur, et Monero a accordé le financement pour qu’il soit réalisé.
  • Overstock accepte Monero comme moyen de paiement – L’entreprise de commerce électronique permet les paiements par Monero (et d’autres monnaies cryptographiques), une fonctionnalité permise par Shapeshift et l’API. L’usage plus généralisé de la monnaie devient de plus en plus une assurance grâce à ces fonctions.

Conclusion sur les achats Monero : comment bien procéder et quand le faire efficacement ?

L’univers des monnaies cryptographiques a démontré à tous que l’évolution des choses peut aller en bien ou en mal, et ce, à la vitesse de l’éclair. Une monnaie virtuelle peut être très connue aujourd’hui, et peut perdre sa notoriété en un clignement de l’œil. Il n’y a aucune assurance sur la pérennité du succès. Cependant, Monero est une des monnaies qui sont équipées des avantages les plus rassurants, d’où le côté intéressant d’un investissement dans cette monnaie. D’ailleurs, Monero a pu faire descendre le Bitcoin de son piédestal.

Mais Monero, c’est aussi la monnaie de prédilection des commerçants du Darkweb, en raison de sa fiabilité prouvée. Avec les signatures de cercle et le système pair à pair, Monero garantit un anonymat, avec un suivi quasiment nul des transactions. En d’autres mots, elle a toutes les chances d’être utilisée par la majorité, d’autant plus que son taux peut augmenter de manière exponentielle. L’investissement est donc tout à fait recommandé. Pour le faire, la plateforme de référence reste BDSwiss, spécialisée dans les CFD et le Forex, disponible dans les pays européens et reconnue par les autorités règlementaires (CySec, FCA, AMF, MiFID). Mais BDSwiss vous offre aussi l’accompagnement par un spécialiste du trading, la mise à jour des informations sur les cours pour que vos investissements soient pertinents. A cela s’joute, le retrait des gains sans souci et en tout temps.

Laissez votre avis

Vous serez aussi intéressé par :

Axa Axa est LE, ou l’une des plus grosses compagnies d’assurance du monde. Puis, à l’instar de toutes se...
MACIF MACIF n’est pas à proprement parler une compagnie d’assurance ordinaire. Sur son site web intitulé ...
Rachat de crédit à la consommation Regroupement de crédits à la consommation Vos prêts consommation s’accumulent et vous aimerez dimin...
Boursorama Banque Avis et test de Boursorama Banque Avant tout chose, qui est Boursorama Banque ? La banque Bourso...
Le Pot Commun Quand vous nourrissiez l’envie d’offrir un présent à quelqu’un en communauté, tel est la procédure q...
MyMoneyBank My Money Bank est une structure de crédit. Société anonyme au capital de 276 154 299 euros. My Mone...
Carte Prépayée Veritas de MasterCard Force est de constater que l’usage des cartes prépayées est devenu une pratique adoptée par la major...
Rachat de crédit Le regroupement de crédits, c’est quoi exactement ? Regroupement de crédits (ou rachat) est une exp...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password